Théâtre du Jorat – Mézières – 1966-1967

Cette page et ses liens seront développés au fur et à mesure de la disponibilité de nouvelles archives.
© Archives privées de Patrick Crispini – tous droits réservés

cliquer sur les images pour ouvrir les pages dédiées

Il se dirige vers moi, me dit quelques mots aimables en français (avec un fort accent anglais) et demande à m’entendre dans quelques autres pièces que j’ai à mon répertoire de petit chanteur. Me voilà donc entonnant sans complexe un air d’un des Knaben de la Flûte enchantée, puis un Noël anglais que je venais d’apprendre, la jolie chanson du Vent de Carlo Boller et celle du Petit Chevrier de Gustave Doret, avec laquelle j’avais remporté un concours radiophonique et que je chanterai un peu plus tard au Théâtre du Jorat à Mézières

Patrick Crispini, extrait de Celui qui chantait toujours
in Instants d’Années

Spectacle Je Chanterai Toujours – Juin 1966

écouter ci-dessus : le chant du Petit Chevrier de Gustave Doret
illustré par un album-souvenir du spectacle

images autour du spectacle avec 3 dédicaces de
Robert Mermoud, directeur musical du Théâtre du Jorat,
Georges Haenni, compositeur, directeur de la Chanson valaisanne
Danielle Volle, comédienne

Quelques articles de presse…

Spectacle Le Jeu du Feuillu – Histoire du Soldat – Juin 1967

images autour du spectacle avec 3 dédicaces de
Robert Mermoud, directeur musical du Théâtre du Jorat,
Jean Meyer, sociétaire de la Comédie française
Daniel Fillion, comédien

Grâce à ma voix je découvre alors la Méthode Jaques-Dalcroze.

Durant plusieurs années, je vais chanter les belles chansons écrites par Monsieur Jaques […] et participer à ce qu’on appelle des démonstrations – comme on dit  à l’Institut – obligé de porter le collant de danse et les chaussons…

Me voilà muni du tambourin et du cerceau, sautillant et syncopant, ceint de la couronne de laurier, interprétant dans moult représentations l’air tant aimé par les romands du Roi demande une Reine du Jeu du Feuillu, cette farandole du printemps, ou les mélodies exquises du Petit Roi qui pleure

Je gagne encore quelques prix ici ou là.

Du coup mon nom commence à circuler dans le milieu musical : viennent alors les premiers engagements « sérieux ». D’abord au Grand-Théâtre de Genève, puis sur d’autres scènes européennes, pour y tenir les rôles d’enfants dans quelques œuvres du répertoire : Tosca de Puccini, Louise de Charpentier, La Flûte enchantée, Bastien et Bastienne…

J’ai été ce petit garçon. Dès mes huit ans je n’ai plus cessé de chanter et de voyager dans pas mal de pays pour cela, sans pour autant sacrifier ma scolarité.

Patrick Crispini, extrait de Celui qui chantait toujours
in Instants d’Années

 

écouter ci-dessus : 2 versions du Roi demande une Reine extrait
du Jeu du Feuillu de Émile Jaques-Dalcroze

voir un extrait du film UN CHANT LIBRE, itinéraire de vie
avec Patrick Crispini (Les Films du Rhin© transArtis Prod)